Stages

Stage Hapkimudo Houlgate : rétrospective

Puiser dans ses ressources physiques et mentales, s'impliquer dans la cohésion du groupe et parfaire ses compétences techniques, tels ont été les 3 axes principaux du stage Hapkimudo de printemps organisé par Paris Hapkido et animé par Eric Le Cam qui s'est tenu du 10 au 12 mai au Centre Sportif de Normandie, à Houlgate.
Au cours de ces 3 journées intensives, l'équipe des 20 stagiaires (8 femmes, 12 hommes, 13 ceintures noires) du Paris Hapkido a tenu le choc, malgré les courbatures, les bleus, les petites entorses et la fatigue. Pourtant, rien ne leur a été épargné avec en moyenne 5 à 6 heures d'entraînement par jour...

Jour 1
  • Matin : à peine arrivés, les stagiaires ont eu le loisir de goûter à une 1ère séance matinale de 2 heures en extérieur. Un temps a d'abord été consacré aux étirements, en profondeur puis la session a été agrémentée d'élastiques, de kettlebell de 8 kg ou encore de lests, sous la forme d'un circuit training entrecoupé de gainage et autres tractions. Puis les 1ers éléments de self-défense ont été abordés avec l'étude de techniques contre coups de poing
  • Après-midi : grosse séance consacrée aux chutes en profitant du vaste espace du dojo. Puis, assez classiquement, de longues répétitions de coups de pied et de poing en série, des projections, du travail de suivi au sol, des enchaînements de coups de pied avec partenaire, et enfin une révision attentive des clés sur saisies poignet. Bref, du foncier et des fondamentaux
  • Soir : séance uniquement dédiée au travail contre couteau avec une focalisation sur les déplacements, les esquives et la protection du corps. Les ripostes, à savoir percussions et clés, ont été démontrées, mais toujours en gardant à l'esprit les risques encourus face à une armes, selon un principe de "survie", la probabilité d'être touché lors d'un tel affrontement étant extrêmement forte
Jour 2
  • Matin : 3 heures d'ateliers sur les fondamentaux techniques jusqu'au 2e dan. De fait, les différents modules des keups ont été passés en revue, mais ce sont surtout les ateliers spécifiques aux 1ers et 2e dan qui ont été décortiqués
  • Après -midi : 3 heures d'entraînement sur la plage : enchaînements de défenses contre coups de poing, révision des saisies aux vêtements, défenses contre couteau. Des conditions idéales pour travailler les appuis, l'équilibre et devoir s'adapter sur un terrain meuble. Et profitant du magnifique et large cadre offert par la plage, les ceintures noires ont pu se régaler de la manipulation des armes, danbong, jukdo et jangbong, s'exerçant aux frappes, blocages et autres clés
Jour 3
  • Matin : agréable jogging matinal immédiatement suivi 2h30 de anjaduidolyochagi et autres coups de pied, ainsi beaucoup de clés, les défenses avec ceinture et travail assis au sol
  • Après-midi : dernière séquence du stage , encore 1h30 de pratique intensive juste après le déjeuner. Quelques coups de pied et projections et surtout du combat pour bien finir le séjour
Entre les entraînements, un peu de sommeil et surtout de très bons moments marqués par les rires et la bonne humeur et des discussions passionnées sur les arts martiaux mais également 1000 autres sujets.

On retiendra la belle cohésion du groupe, de réels progrès sur la maîtrise technique et la connaissance des programmes et un engagement fort dans la pratique. Plusieurs stagiaires ont ainsi découvert leur capacité à surmonter la fatigue et la douleur.

Enfin, en guise d'exemple des valeurs prônées dans les arts martiaux, on ne peut que citer le cas de notre élève, Siman. Blessée très sérieusement au genou lors d'un stage en mars dernier et récemment sortie d'une lourde intervention chirurgicale, Siman a souhaité participer au stage. Durant les 3 jours, elle a assisté à toutes les séances, elle était en dobok et elle s'est entraînée, assise ! En effet, interdiction lui ayant été faite de poser son pied par terre, elle a transpiré, travaillé, révisé, assise sur le sol. Aucune demande, aucune excuse, elle a pratiqué sérieusement mais avec prudence, ne cherchant aucune compassion particulière ni ne souhaitant se démarquer du groupe. Par voie de conséquence, elle a progressé, tout autant que le reste des élèves présents. Et grande satisfaction par ailleurs, les stagiaires ont pratiqué spontanément avec elle, s'adaptant tout autant qu'elle, ce qui fut aussi l'occasion d'appréhender la richesse du Hapkido dans toutes les situations... Bref, une belle leçon d'esprit martial, loin des complaisances habituelles, axée sur la pratique et la mise en oeuvre concrète de principes que notre essaie modestement d'appliquer depuis l'origine.

Evidemment, remerciements habituels au président de Paris Hapkido, Nicolas Dupuy, pour l'organisation sans faille.

Le résumé du stage en photos.