Conseils

L'entorse de la cheville



L'entorse de la cheville, parfois appelée familièrement "foulure", est un traumatisme courant pouvant survenir lors de la pratique des arts martiaux et sports de combat.

En situation de combat, l'entorse survient généralement suite à un mauvais appui, notamment après un coup de pied, lorsque le pied revient consécutivement à une frappe et que la position n'est pas bien stabilisée. Mais cela est également vrai à l'occasion de simples déplacements, de techniques de balayage, sur une clé articulaire ou sur une chute. Sans parler des accidents de la vie quotidienne (marche d'escalier mal négociée...) ou à l'occasion des autres activités sportives (football, jogging, volleyball...).

Dans le mouvement, le pratiquant a le sentiment que son pied glisse, qu'il "s'enfuie", le poids du corps et la vitesse d'exécution de la technique l'entraînent en exerçant une pression excessive sur l'articulation de la cheville, allant de la simple élongation à une rupture des ligaments, avec de possibles arrachements osseux. La gravité d'une entorse s'évalue selon 3 stades :
  • stade 1 > entorse bénigne : les ligaments ne sont pas rompus ;
  • stade 2 > entorse moyenne : rupture partielle de quelques faisceaux des ligaments ;
  • stade 3 > entorse grave : rupture totale des ligaments.
A ces 3 degrés d'entorse correspondent différents symptômes : d'une douleur modérée et un léger gonflement à une instabilité de la cheville et une douleur aigüe. Le traitement sera donc fonction de la gravité de la lésion.

Avant de pouvoir diagnostiquer précisément la gravité de l'entorse, quelques signes peuvent toutefois alerter : importance du gonflement de la cheville au niveau de la malléole, intensité de la douleur, étourdissement, apparition plus ou moins rapide d'une ecchymose, éventuellement un bruit significatif de craquement, l'impossibilité à poser le pied au sol ou à prendre appui dessus... Toutes ces manifestations sont à prendre en compte pour traiter au plus vite l'entorse.

Dans un 1er temps, avant une analyse plus poussée du traumatisme par un professionnel, quelques gestes permettent de soulager la douleur et de limiter partiellement les dégâts. Le protocole RICE est une méthode efficace et simple à observer :
  • Rest (repos) : il faut cesser immédiatement l'activité pour ne pas causer des dommages supplémentaires ;
  • Ice (glace) : appliquer du froid sur la cheville. Plusieurs glaçages d'environ 10 minutes, idéalement des glaçons dans une pochette en plastique ;
  • Compression : bandage élastique (à renouveler) ou attelles ;
  • Elevation : surélever le membre blessé de quelques centimètres.
Cette méthode permet de réduire rapidement l'oedème, ce qui limite la douleur et autorise une guérison plus rapide.

Il convient de consulter un professionnel de santé dans les meilleurs délais. En effet, pour le pratiquant d'arts martiaux, il n'y a pas de "petite" lésion. L'entraînement et la compétition nécessitent que les articulations soient stables et opérationnelles. Ainsi, une blessure, même considérée comme étant bénigne, si elle est mal soignée, pourra provoquer des entorses à répétition, affaiblir la cheville et entraver une pratique optimale.

Selon le diagnostic, la reprise de l'activité pourra être plus ou moins rapide (de quelques jours à plusieurs semaines) avec la recommandation éventuelle d'exercices spécifiques et de séances de kinésithérapie. En cas d'arrêt de longue durée, des activités de complément pourront être envisagées (musculation spécifique, natation...) pour maintenir un entretien physique tout autant qu'une motivation, éléments indispensables à une récupération plus rapide.

Eu égard à ce qui précède, à titre préventif, tout pratiquant d'arts martiaux doit veiller à muscler correctement ses chevilles (et plus généralement les jambes), cet ensemble articulaire étant le gage d'une bonne stabilité. Cela va de pair avec une indispensable souplesse qui doit être régulièrement entretenue. Enfin, une bonne exécution technique, en recherchant plus particulièrement la posture adéquate pour chaque mouvement, est le plus sûr moyen de prévenir les blessures (ou d'en limiter l'impact) et de pratiquer ainsi sainement le plus longtemps possible.

Plus d'éléments d'infomation sur www.ameli-sante.fr.